Comme vous le savez peut-être notre proposition de mise en place d’un lieu multi-fonctions qui permette aux migrants qui se trouvent en Pays de Lorient de se poser, de s’informer, de prendre conseils, de trouver accompagnement pour leurs démarches, de récupérer leur courrier, mais aussi de disposer d’un atelier vélos, de prendre une douche, de faire des repas, de se détendre, de disposer de moyens de communication …
cette proposition a été retoquée, jusqu’à présent, par Lorient Agglomération aux motifs d’une part que l’agglo n’a pas la compétence d’action sociale et d’autre part qu’il vaut mieux orienter les personnes concernées vers les structures existantes.

Nous considérons que le débat est ouvert au niveau de l’agglo et qu’il doit se poursuivre.
Mais comme, à court terme, ce projet ne va pas avancer autant qu’il le faudrait, nous nous sommes tournés vers la mairie de Lorient pour expliquer qu’a minima, nous avions besoin de tenir des permanences régulières (trois demies journées par semaine seraient bien) pour la distribution du courrier, les prises de rendez-vous et des entretiens d’accompagnement.

Une délégation a été reçu à ce sujet par M. le maire de Lorient et son adjointe à l’action sociale le mardi 20 novembre.

Norbert Metairie   Karine Rigole

Les élu·e·s ont expliqué les différents dispositifs mis en place par la municipalité pour l’accueil des demandeurs d’asile et des réfugiés (dans les domaines de la scolarisation, des transports, de l’hébergement et des activités sociales).

Nous avons détaillé les actions spécifiques du CAPDL (aide aux démarches et aux déplacements, récupération et distribution du courrier, organisation d’accompagnements divers) et les initiatives mises en oeuvre pour faciliter l’accès aux associations caritatives et institutions sociales.

Nous avons l’impression que M. le maire, à l’occasion de cette rencontre, a mieux compris l’étendue et l’importance de nos activités et donc l’utilité de permanences fréquentes dans un lieu identifié, accessible et approprié.
Nous espérons que l’idée fera son chemin dans les semaines qui viennent et pourra aboutir à une proposition ad hoc.

À suivre, donc.